La Hijama ou cupping therapy comment ça marche ?

2
4228

La hijama ou cupping therapy est une médecine ancestrale qui a des origines arabes, chinoises et égyptiennes. Toutes ces anciennes civilisations avaient conscience de l’efficacité des méthodes naturelles, pour guérir le corps et l’esprit.

Mais comment ça marche ? Cette question revient souvent lors de mes séances, j’ai donc voulu vous expliqué un peu plus le mécanisme à ma façon.

La hijama, qu’est-ce que c’est ?

Contrairement aux massages par pression sur les muscles, la hijama fonctionne par aspiration. En effet, elle consiste à placer des bocaux de verre, de bambou ou de plastique sur la peau et à créer un vide en aspirant l’air. La peau est «soulevée», ou «aspiré » via la ventouse. Les objectifs sont, entre autres, d’améliorer la circulation sanguine, de stimuler le système immunitaire, hormonal, d’aider à soulager la douleur, de retirer les toxines qui persistent dans les tissus de votre corps…

Il existe deux principaux types de Hijama:

  1. La hijama humide, qui consiste, à faire sortir les toxines du corps (qu’on assimile à des déchets pour simplifier les choses).Pour ce faire, on applique les ventouses sur des points du corps spécifiques à chaque pathologie.

  2. La hijama sèche, qui fonctionne grâce à la succion provoquée par la pose de ventouses mobiles ou non-mobiles. Cette forme est préférée chez l’enfant de moins de 10 ans (sauf cas précis) ou pour le traitement de certaines douleurs.

  • On peut combiner les deux.

Comment fonctionne la hijama?

Selon les études cliniques, les patients qui souffrent de douleurs chroniques ont affirmé que leur douleur a diminué de 60%, après seulement quelques séances de hijama. Comment ça se fait ?

Eh bien la hijama possède plusieurs actions. Cela explique l’efficacité de cette pratique par rapport à d’autres thérapies, comme le massage par exemple.

Une action sur les toxines

En temps normal, les toxines sont éliminées par le foie, les poumons, les intestins, les reins et la peau.

Lorsque les toxines ou les déchets cellulaires s’accumulent dans les muscles ou les articulations, le corps peut avoir du mal à les éliminer. Résultat : nous éprouvons une gêne ou une douleur dans ces endroits précis, comme le dos, la nuque ou le cou. Si notre foie ou nos reins ne sont pas capables de traiter ces toxines correctement, elles seront stockées pour être gérées plus tard.

Ce stockage se fait généralement dans une couche musculaire. Cette accumulation de toxines peut se produire pour plusieurs raisons ; les blessures qui ne cicatrisent jamais complètement peuvent créer des tissus cicatriciels et une mauvaise circulation sanguine dans une zone spécifique du corps, qui engendre une douleur intérieure.

D’autres raisons qui causent l’accumulation des toxines dans le corps humain :

  • La consommation de médicaments ou de drogues

  • La nourriture déséquilibrée

  • Les infections parasitaires

  • L’exposition aux toxines environnementales

  • Les événements émotionnels traumatisants

  • Le stress et l’angoisse

La technique des ventouses soutient l’action d’élimination des toxines du corps ce qui rétablit l’équilibre du corps et le retour à la bonne santé. Ainsi la fonction épurative de la hijama permet également de diminuer le mauvais cholestérol, l’excès de sucre, l’acide urique…

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, j’intègre souvent la hijama dans mes programmes de naturopathie.

Une Action hormonale, antidouleur et neuro-végétative

Durant la hijama des hormones qu’on appelle endorphines sont libérées. Elles ont un effet de détente et de relaxation mais également un effet d’apaisement. Ce qui explique que durant la séance, certaines personnes ont une envie de dormir ! De la même façon la hijama possède une action de régulation des hormones. Ainsi elle peut intervenir lors de diabète ou d’infertilité.

Une action neuro-végétative lui est également attribuée.

Le système nerveux végétatif permet de réguler différentes fonctions automatiques de l’organisme (digestion, respiration, circulation artérielle et veineuse, pression artérielle, sécrétion et excrétion).

D’après le Dr Ait Mouloud, spécialiste en médecine générale Diplômé de la faculté de médecine d’Amiens et ancien membre de l’International Cupping Therapy Society, la hijama régule l’activité des organes en général en stimulant les nerfs moteurs qui, à leur tour, vont stimuler les organes visés.

Une action sur l’immunité

« La hijama permet, aussi, théoriquement, de stimuler la circulation veino-lymphatique.

Le réseau lymphatique est un réseau parallèle au réseau veineux. Il permet l’acheminement des globules blancs depuis leur zone de production (moelle osseuse et thymus) vers des zones d’agressions (peau, muqueuse nasale …) »*. Ainsi après chaque séance de hijama, le système immunitaire est renforcé.

En fait cette thérapie des ventouses éveille les pouvoirs de guérison naturelle dont dispose le corps humain, sans avoir besoin d’ingérer des produits étrangers (médicaments, plantes ou autres). Le thérapeute ne fait qu’amplifier les conditions favorables à la guérison, en visant les endroits qui permettent d’intensifier la circulation sanguine et de relaxer les nerfs.

Quels sont les endroits du corps qui peuvent être traités par la hijama ?

Comme plusieurs médecines alternatives, dont l’acuponcture – la hijama n’est pas pratiquée sur des endroits choisis au hasard. Ce sont des points spécifiques qui sont visés par cette pratique extraordinaire. Pour citer quelques endroits du corps où la hijama donne des résultats merveilleux, en fonction des pathologies, voici quelques exemples :

  • – Au niveau de la 7e vertèbre cervicale et 3 cm en-dessous de ce point

  • – Au milieu de la nuque

  • – Au-dessus du dos entre les épaules

  • – Au milieu du sternum

  • – Au niveau du pli de l’aine…

Quelles sont les origines de la Hijama ?

La première apparition constatée de cette médecine naturelle remonte à l’époque égyptienne. La hijama est également une médecine traditionnelle reconnue par les chinois. Ceci dit les arabes ont également eu recours à cette thérapie.

En effet, la hijama est une pratique légiférée en Islam. Elle fait partie de la médecine prophétique, soit mot à mot de la façon dont le prophète (aleyhi salat wa salam) se soignait.

Plusieurs avantages de la hijama ont été observé depuis l’époque du prophète (aleyhi salat wa salam), dont la guérison naturelle et durable, le soulagement de la douleur, la résolution de certains désordres hormonaux, une meilleure circulation sanguine,. Etc Pas étonnant, puisque les civilisations arabes ont connu de grands médecins et savants qui ont laissé un héritage précieux.

Les effets secondaires de la hijama.

La hijama a énormément de bienfaits avérés. Parmi les effets secondaires les plus couramment retrouvés, il y a les marques rouges causées par l’aspiration et la pression des ventouses. Ceci dit, relativisons : les marques rouges se dissipent avec le temps, mais le bien-être est durable. Ainsi le monde entier a pu les remarquer sur le dos de Michael Phelps, lors des jeux olympiques.

Pas d’inquiétude, ces marques s’estompent assez rapidement, dans les jours qui suivent la séance en général.

Par ailleurs, une fatigue peut-être ressentie après la séance, ce qui s’en va très vite généralement après une bonne nuit de sommeil et laissant place à une meilleure vitalité.

*Extrait de la hijama, fondements techniques conseils du Dr Ait Mouloud

2 Commentaires

  1. Do you mind if I quote a few of your articles as long as I provide credit and sources
    back to your blog? My website is in the exact same niche as yours and my users would genuinely benefit from some of the information you provide
    here. Please let me know if this okay with you. Thank you!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici