Optimisez votre cerveau naturellement grâce au pouvoir des neurotransmetteurs !

0
877
Les neurotransmetteurs

Vous est-il déjà arrivé de vous sentir épuisé, démotivé ou simplement hors de vous sans raison apparente ? Ces instants de flottement peuvent bien être liés à nos neurotransmetteurs — ces messagers chimiques qui régulent nos humeurs, nos émotions et même notre motivation.

Saviez-vous qu’environ 86 milliards de neurones communiquent en permanence dans notre cerveau à travers ces molécules ? Et si l’on vous disait que ce que vous mangez et les produits naturels que vous consommez peuvent influencer cette communication neuronale ?

Plongez dans l’univers fascinant des neurotransmetteurs et découvrez comment tirer parti de la nature pour optimiser leur fonctionnement, notamment via une alimentation adaptée, des plantes spécifiques et d’autres remèdes naturels !

Qu’est-ce que les neurotransmetteurs ?

Un neurotransmetteur est une molécule chimique produite par le système nerveux pour assurer la transmission des messages d’un neurone à un autre, ou d’un neurone vers une cellule cible, comme un muscle ou une glande.

Les neurotransmetteurs jouent un rôle central dans le bon fonctionnement et la régulation de presque toutes les fonctions du corps, qu’elles soient physiologiques ou psychologiques.

Quels sont les rôles des neurotransmetteurs ?

Il existe plusieurs types de neurotransmetteurs, chacun ayant des fonctions spécifiques. Les plus connus sont :

La Dopamine ou « molécule du plaisir »

Vous savez cette sensation euphorique que vous ressentez après avoir réussi une tâche difficile ou lors d’une belle journée ensoleillée ? Merci à la dopamine ! Elle est souvent qualifiée de « molécule du plaisir », car elle joue un rôle central dans le sentiment de récompense, la motivation, et le désir.

Par exemple, lorsque vous mangez votre plat préféré ou remportez une compétition, c’est la dopamine qui vous donne cette sensation agréable de satisfaction.

La Sérotonine ou « hormone du bonheur »

Lorsque vous vous sentez bien dans votre peau, équilibré et serein, c’est en grande partie grâce à la sérotonine. Cette molécule régule l’humeur, l’appétit et le sommeil.

Un déséquilibre de la sérotonine peut vous faire sentir déprimé ou anxieux. Lorsque vous marchez au soleil ou mangez certains aliments riches en tryptophane, vous pouvez stimuler la production de sérotonine (nous aborderons cela plus en détail dans la section « alimentation »).

La Noradrénaline ou Norépinéphrine

Vous savez ce sentiment d’alerte et de concentration que vous ressentez lors d’une situation stressante ou dangereuse ? C’est la noradrénaline qui entre en jeu !

Ce neurotransmetteur, d’une manière très schématique, prépare votre corps à la « lutte ou à la fuite », entre autres, en augmentant le rythme cardiaque, en dilatant les pupilles et en mobilisant l’énergie.

L’Acétylcholine (Ach)

Lorsque vous apprenez quelque chose de nouveau ou que vous vous souvenez d’un vieux souvenir, vous pouvez remercier l’acétylcholine. Elle est essentielle pour les processus de mémorisation et d’apprentissage !

Ce neurotransmetteur est également responsable de la contraction musculaireet de la libération de certaines hormones (notamment les hormones thyroïdiennes).

Le GABA (Acide gamma-aminobutyrique)

Le GABA est ce qu’on appelle un neurotransmetteur « inhibiteur », car il sert à diminuer l’excitabilité des neurones, vous aidant à vous sentir calme et détendu.

Lorsque vous pratiquez la méditation ou prenez une profonde inspiration, vous favorisez l’activité du GABA, procurant cette sensation d’apaisement.

Le Glutamate

À l’opposé du GABA (qui est un neurotransmetteur inhibiteur), le glutamate augmente l’excitabilité neuronale (c’est donc un neurotransmetteur excitateur).

Quand votre enfant est super excité ou hyperactif, c’est probablement le glutamate qui travaille en arrière-plan !

En somme, ces neurotransmetteurs (dopamine, sérotonine, noradrénaline, acétylcholine, GABA et glutamate), avec bien d’autres, travaillent de concert pour façonner votre expérience quotidienne, influençant tout, de vos réactions émotionnelles à vos mouvements physiques.

La prochaine fois que vous ressentez une émotion, un désir particulier ou une perturbation quelconque, pensez à ces petits messagers chimiques qui s’affairent dans votre cerveau !

Quels sont les signes qui indiquent un déséquilibre des neurotransmetteurs ?

Les déséquilibres des neurotransmetteurs peuvent se manifester par toute une gamme de symptômes, selon le neurotransmetteur spécifique impliqué et la nature du déséquilibre (que ce soit une carence ou un excès).

Voici, d’une manière très simple et résumée, les signes de manque pour les principaux neurotransmetteurs :

  • Dopamine : un déficit en dopamine peut vous laisser avec des sentiments de léthargie, d’apathie, de manque de plaisir dans les activités autrefois appréciées, et d’un manque général de motivation. Certains peuvent ressentir une incapacité à ressentir du plaisir, connue sous le nom d’anédonie.
  • Sérotonine : si vous avez un manque de sérotonine, vous pourriez vous sentir déprimé, anxieux, irrité ou souffrir d’insomnie. Des envies alimentaires, en particulier pour les glucides, peuvent également être un signe. De plus, la sensibilité à la douleur pourrait augmenter !
  • Noradrénaline : un manque de noradrénaline peut vous laisser fatigué, avec un manque d’alerte et de concentration. Vous pourriez également ressentir une baisse de la motivation et de l’attention.
  • Acétylcholine : un manque d’acétylcholine peut se traduire par des difficultés de mémorisation, de concentration, et une vitesse de pensée réduite. Les personnes peuvent également ressentir une sécheresse de la bouche et des yeux, car l’acétylcholine est également impliquée dans les fonctions parasympathiques comme la salivation (production de salive) et la lacrimation (production de larmes).
  • GABA : si vous manquez de GABA, vous pourriez vous sentir anxieux, tendu, et avoir du mal à vous détendre ou à vous endormir. Une suractivité mentale et des sentiments d’agitation sont également communs.
  • Glutamate : même si c’est généralement un excès de glutamate qui est problématique (il est excitotoxique), un manque pourrait affecter l’apprentissage et la mémoire, car le glutamate joue un rôle essentiel dans la plasticité synaptique.

Notez que ces signes ne sont pas exclusifs et peuvent résulter de divers autres facteurs, pas seulement d’un déséquilibre de neurotransmetteurs.

De plus, le cerveau est complexe, et les neurotransmetteurs interagissent souvent de manière synergique. Si vous soupçonnez un déséquilibre, il est essentiel de consulter un professionnel de santé qui pourra poser un diagnostic approprié et recommander un traitement ou des ajustements de mode de vie adéquats.

Comment optimiser naturellement le fonctionnement des neurotransmetteurs ?

Optimiser le fonctionnement de vos neurotransmetteurs grâce à votre alimentation et à d’autres moyens naturels est une manière proactive d’améliorer votre bien-être mental et émotionnel.

Voici comment vous pouvez le faire :

Adopter une alimentation équilibrée

Privilégier les aliments riches en :

  • Fer : ce minéral est vital pour la synthèse de la dopamine. Les sources alimentaires riches en fer comprennent les viandes rouges, les épinards, les lentilles, et les graines de citrouille.
  • Zinc : il joue un rôle dans la régulation de la dopamine et est essentiel à la fonction cérébrale. Les huîtres, le bœuf, les graines de citrouille et les noix de cajou sont de bonnes sources.
  • Magnésium : il favorise la conversion du tryptophane en sérotonine. Vous trouverez ce minéral en abondance dans les légumes à feuilles vertes, les noix, les graines et les céréales complètes.
  • Vitamines du groupe B : particulièrement la B6, qui est cruciale pour la production de neurotransmetteurs. Les poissons, la volaille, les œufs et les bananes sont d’excellentes sources.
  • Acides gras oméga-3 : essentiels pour la santé cérébrale, ils peuvent influencer la libération et la réception de neurotransmetteurs. Les poissons gras, comme la sardine et le maquereau sont bourrés d’oméga-3, tout comme le saumon, à consommer modéréùent du fait de sa richesse en méataux lours.
  • Protéines : elles fournissent des acides aminés, précurseurs des neurotransmetteurs. Par exemple, le tryptophane est un précurseur de la sérotonine.

Miser sur les plantes et herbes

Voici quelques-unes des plantes à envisager pour préserver votre équilibre naturel en neurotransmetteurs :

  • Rhodiola : connue pour soutenir les niveaux de sérotonine et de dopamine, cette plante adaptogène peut augmenter efficacement votre résilience au stress, qu’il soit physique, psychique ou émotionnel !

Contre-indications chez les personnes atteintes de troubles bipolaires ou de troubles anxieux tels que l’anxiété généralisée, le trouble panique ou le trouble obsessionnel compulsif

  • Ginseng : cette plante millénaire peut aider à améliorer de manière notable la concentration, la mémoire et l’humeur en modulant les neurotransmetteurs. Cette plante doit être évitée chez les enfants, les gens souffrant de problèmes de coagulation et de maladies touchant le système immunitaire. Précautions chez les personnes hypertendues.
  • Millepertuis : utilisé depuis longtemps comme un remède naturel pour la dépression, le millepertuis peut augmenter sensiblement les niveaux de sérotonine.

Le millepertuis est déconseillé   aux femmes enceintes et allaitantes, aux femmes qui prennent la pilule contraceptive ; et à éviter chez les individus souffrant de troubles bipolaire

  • Ginkgo biloba : en favorisant la circulation sanguine dans le cerveau, le Ginkgo biloba peut potentiellement optimiser la fonction des neurotransmetteurs. Contre-indications du gingko biloba chez la femme enceinte, la femme allaitante, les personnes souffrant d’épilepsie, d’hémophilie, les personnes sous anticoagulants, les enfants de moins de 18 ans

Il est à noter que les personnes qui subissent une opération chirurgicale, devront arrêter la prise de ginkgo biloba au minimum 4 jours avant l’opération.

Ne pas sous-estimer l’apport des probiotiques !

Le lien entre l’intestin et le cerveau, souvent appelé « axe intestin-cerveau », est un domaine de recherche fascinant. Certaines souches probiotiques peuvent influencer positivement la santé mentale.

Lactobacillus et Bifidobacterium sont deux genres qui ont montré un potentiel pour améliorer l’humeur et réduire l’anxiété en modifiant potentiellement les niveaux de neurotransmetteurs.

Pour profiter des vertus des probiotiques sur l’équilibre naturel des neurotransmetteurs, intégrez dans votre régime des aliments riches en ces bactéries bénéfiques, notamment : yaourts naturels (sans sucre ajouté), kéfir, choucroute et kimchi, miso et tempeh.

Pensez également aux prébiotiques ! Ce sont des fibres non digestibles qui nourrissent et soutiennent les probiotiques. Vous les trouverez dans les bananes, les oignons, l’ail, les asperges, et les topinambours, entre autres.

Conclusion

L’équilibre délicat des neurotransmetteurs, ces messagers chimiques du cerveau, influence notre humeur, notre énergie et notre motivation au quotidien. La bonne nouvelle ? Nous avons le pouvoir, à travers notre alimentation et des remèdes naturels, de soutenir cet équilibre et d’optimiser notre bien-être !

Les informations présentées sur ce site n’ont pas pour objectif de se substituer à un traitement ou aux conseils d’un médecin, ou d’un spécialiste et doivent de préférence être envisagés sur des recommandations personnalisées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici