Trois principes de la médecine prophétique pour améliorer sa santé

0
1110

La médecine prophétique n’est pas évidente à définir. Cependant nous dirons qu’elle consiste à suivre les préceptes de notre bien aimé Prophète salla Allah alayhi wa salam pour retrouver la santé ou encore prévenir la maladie. Ainsi, dans le livre « l’authentique de la médecine prophétique » d’Ibn Qayyim, on peut lire que le Prophète se soignait seul et qu’il le recommandait à ses proches. Cependant il ne faut pas oublier que si le recours au médicament pharmacologique est nécessaire, on ne doit pas le négliger.

La médecine prophétique consiste donc à avoir recours à des traitements naturels tels que le miel ou la nigelle. Mais également à des traitements divins tels que la ruqyah ou les invocations. Enfin, elle peut également être une combinaison des deux traitements précités.

La médecine prophétique se base sur la Révélation faite par Allah à Son Messager sur ce qui est bénéfique à la guérison notamment.

Nous allons nous intéresser à ses principaux principes.

1-L’importance de la croyance en la guérison .

Et ceci est un point crucial. En effet, il est demandé au musulman de placer sa confiance totalement en Allah, car c’est Lui le Guérisseur, Capable de toute chose.

Voici quelques passages du Coran nous incitant à Lui faire confiance.

« Quand Il veut une chose, Son commandement consiste à dire :”Sois”, et c’est » [S36-V82]

« Que votre espoir soit en Allah, pour peu que vous croyez en Lui ! » [ S 5 – V23 ]

« Remets-t ‘en au Vivant qui ne meurt jamais ! »[ S 25 – V 58 ]

Par ailleurs, l’optimisme joue un rôle important dans le sens où il fait que la personne garde le moral. De plus, certains médecins ont démontré l’importance du moral dans la rémission des malades.

2- Faire les causes.

Il ne suffit pas de dire, Allah va me guérir mais il faut en quelque sorte se bouger. En effet, lorsque l’on est à la recherche d’un travail, on ne reste pas assis sur son canapé à se dire que l’employeur va venir à nous. Non, certainement pas, on envoie des CV et on assiste à des entretiens d’embauches. Eh bien, là c’est pareil, on utilise les outils nécessaires à notre guérison, ça peut être un traitement que l’on suit par exemple.

De plus, il est demandé entre autres de faire l’aumône, l’invocation, le repentir, la demande de pardon, d’être bienfaisant envers autrui. Pourquoi ? Tout simplement parce que ces actions ont un effet sur le cœur, elles le purifient. C’est donc un remède pour le cœur qui aide à obtenir la guérison.

Ibn Qayyim résume tout ceci très bien ici :

La médecine du Prophète n’est pas semblable à celle des médecins, car sa médecine est certaine, formelle et divine, elle émane de la Révélation, de la prophétie et de la perfection de la raison. Alors que la médecine des autres, ou de la plupart d’entre eux, n’est que conjectures, suppositions et expériences. La médecine prophétique est efficace pour celui qui l’accepte, croit en la guérison à travers elle, et la reçoit avec une parfaite croyance et soumission. La médecine prophétique convient aux corps bons, tout comme le Coran convient aux âmes bonnes et aux cœurs vivants.

3-La patience.

Il y a trois types de patiences:

-La patience sur les obligations d’Allah, sans les abandonner

-La patience sur les interdits d’Allah sans les commettre

-La patience sur le décret et la prédestination d’Allah, sans s’en courroucer.

C’est surtout ce dernier type de patience qui nous intéresse.

La maladie est une épreuve qu’Allah nous soumet dans le but de nous rapprocher de Lui. Il ne convient donc pas de désespérer, ne pas se dire « ça ne marche pas, alors que j’ai fait toutes les causes ». L’épreuve demande de la patience. Il faut voir le côté positif, certes je n’ai pas encore obtenu ce que je désire mais si Dieu le veut, ça viendra. Il nous faut être endurant et voir qu’à travers cette épreuve on peut gagner notre au-delà. Gardons en tête qu’Allah est Le Très Miséricordieux, derrière cette épreuve se cache certainement un bien. D’ailleurs, en évitant de laisser Sheytan nous enfoncer dans la déprime en ruminant les points négatifs, on peut tenter de voir plus loin et peut-être même arriver à être reconnaissant de cette épreuve. Prenons l’exemple d’une personne qui a raté son permis plusieurs fois et qui tombe dans la tristesse. Si elle savait que si elle avait eu son permis la première fois, elle aurait eu un accident mortel, n’aurait-elle pas été reconnaissante d’avoir raté son permis justement ? En réalité, le bien des épreuves ne nous saute pas toujours aux yeux.

Voici une dernière citation du Coran :

« Endure ! Ton endurance[ne viendra] qu’avec (l’aide d’) Allah […] [S. 16 – L’Abeille, v. 127]

Qu’Allah accorde à toutes et tous la guérison !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici